Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération". Nicolas de Rouyn



dimanche 21 avril 2013

Les vignes de Côte-Rôtie et de Condrieu
entrent en résistance



Comme souvent, c’est la presse régionale que vous ne lisez pas assez qui sonne le tocsin. En l’occurrence, voilà Lyon Capitale qui donne un peu d’ampleur à l’action entreprise par un grand vigneron, Marcel Guigal, le patron des AOC à l’INAO et président d'Inter-Rhône, Christian Paly et le député du Rhône, Georges Fenech.
De quoi s’agit-il ?
Une fois de plus, des vignobles sont menacés par un projet d’aménagement du territoire. On pense aussitôt à l’antenne de la colline de l’Hermitage. On n’est jamais tranquille. Il se trouve toujours un fonctionnaire fou, un ministre inconséquent, un lobbyiste habile pour s’en prendre aux joyaux de la couronne viticole française.
Là, c’est le projet de contournement ferroviaire de l’agglomération lyonnaise qui menace les vignes de Côte-rôtie et de Condrieu. Rien que ça. Il se trouve que l’idée de génie enverrait trois cents trains par jour, d’une longueur de 1 000 mètres chacun, au pied du vignoble, ce que Guigal et ses complices ne supportent pas bien. On peut les comprendre. Lyon Capitale rapporte une ligne de Guigal assez imagée : « c’est un peu comme une voie ferrée sur les Champs-Élysées ». Bien vu. Le ministre des Transports, un certain Cuvillier, n’y voit aucun inconvénient et refuse de recevoir le député. Du coup, le député bat le rappel des élus et voilà une grosse centaine de députés et sénateurs qui signe une lettre ouverte au Premier ministre et au Gouvernement.
Que croyez-vous qu’il se passe ?
Rien, c’est la marque de ce gouvernement. Rappelons toutefois que ce projet dingue a été accepté par le secrétaire d’État aux Transports du gouvernement d’avant, Dominique Bussereau. Du coup, on ne comprend plus. D’habitude, ils se jettent sur la moindre occasion de défaire ce qu’avait entrepris le gouvernement Fillon. Alors, quoi ?

Ce n’est pas sans une immense lassitude que nous constatons que la filière Vin est également méprisée par tous les gouvernements, de droite et de gauche, réunis dans un œcuménisme inhabituel et exclusivement réservé à la dite filière toujours traitée avec le plus parfait mépris. Je publie ci-dessous la lettre ouverte de nos cent élus. Elle contient quelques belles vérités qu’il est bon de garder en tête. Je la reproduis telle dans sa rédaction pataude et ces virgules approximatives, mais je vous épargne la liste des cent signataires. C’est un blog, pas un annuaire.

« Lettre ouverte à Monsieur le Premier Ministre, à Monsieur le Ministre des transports et à Monsieur le Ministre de l’Agriculture

Nous soussignés, sommes des parlementaires attachés à l’excellence de la viticulture française et à son rayonnement dans le monde. C’est pourquoi, en soutien à l’initiative de notre collègue Georges Fenech, député du Rhône, nous lançons un cri d’alarme pour sauver la Côte-Rôtie et le Condrieu, deux fleurons de sa circonscription qui participe à la renommée de toute une région et de notre pays dans le monde.
Nous ne pouvons en effet, accepter que ce patrimoine national soit sacrifié au profit du Contournement Ferroviaire de l’Agglomération Lyonnaise (CFAL), programmé pour faire passer l’ensemble du fret européen Nord-Sud au pied des vignes alors que des alternatives crédibles et moins nuisibles à l’environnement existent, notamment celle d’un raccordement à la ligne LGV existante. C’est pourquoi nous ne pouvons accepter que soient abimées la qualité et la réputation mondiale de ces crus de la vallée du Rhône par un défilé quotidien d’environ 300 trains d’une longueur de 1 km qui leur porterait à coup sûr un coup mortel.
En défendant ces grands crus de la vallée du Rhône, nous voulons également préserver une filière viticole qui représente, rappelons-le, la deuxième ressource de devises de notre pays, après l’aéronautique. Premier producteur de vin mondial, la France peut s’enorgueillir de sa filière qui s’impose comme un acteur économique de poids, puisque qu’elle rapporte chaque année au budget de l’Etat plus d’un milliard d’euros et a généré 6.5 milliards d’euros d’excédent commercial en 2011.
Patrimoine culturel unique, la vigne et le vignoble sont présents dans 66 départements français. La viticulture participe ainsi à l’aménagement du territoire, à l’entretien des paysages et au maintien du tissu rural. La France est une des destinations touristiques la plus prisée du monde et ses vignobles, dont ceux de la vallée du Rhône, attirent plus de 7.5 millions de visiteurs tous les ans, dont 2.5 millions d’étrangers. Le vin et la gastronomie de nos régions sont déterminants pour le choix de séjour d’un touriste sur trois.
D’ailleurs les acteurs de la filière touristique en ont pris conscience et depuis quelques années, avec nos vignerons ils se sont mobilisés pour construire et promouvoir des offres touristiques variées autour du vin. Ils ont ainsi développé des circuits de découverte oenologique, où nos vignerons assurent un accueil primordial dans l’art de la dégustation ainsi que celui de la table, éléments indiscutables de l’art de vivre à la française.
La culture du vin, fait donc partie de notre patrimoine plus que bimillénaire, en termes culturel, paysager et économique, et nos vignerons soucieux de préserver cet héritage exceptionnel le protègent et le transmettent de générations en générations. Pour ces raisons d’évidence, nous vous demandons, Monsieur le Premier Ministre, Messieurs les Ministres, de nous faire part des décisions que vous comptez prendre pour empêcher l’irrémédiable. »

L’affaire de l’antenne sur la colline de l’Hermitage, c'était ici l’été dernier. 
L’article de Lyon Capitale,   
La photo : elle vient de chez Guigal. Regardez-moi cette merveille de vignoble, c’est Condrieu.

9 commentaires:

  1. Question: Pourquoi alors que Dominique Bussereau a choisi, par décision ministérielle du 15 avril 2009, de retenir le fuseau Plaine d'Heyrieux /Sibelin Nord pour la partie Sud du CFAL, n'avoir pas protester à cette époque?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et ben voilà, les mecs se réveillent

      Supprimer
    2. Heureusement que Caroline Frey n'a pas attendu ce temps pour réagir au projet d'antenne à Hermitage

      Supprimer
    3. Caroline Frey est formidable, chacun le sait

      Supprimer
  2. Où peut-on trouver les arguments techniques et/ou financiers justifiant le passage par cette rive plutôt que de l'autre côté ?

    RépondreSupprimer
  3. Toujours dans la vallée du Rhône, la nouvelle ligne de fret traverserait les vignobles de Côte-Rôtie. Marcel Guigal, propriétaire d’une partie des vignobles du même nom, se rappelle avec amertume de la visite de Dominique Bussereau lorsqu’il était Secrétaire d’Etat aux transports :

    « Il s’était montré ébranlé par la proximité de la voie ferrée. Mais rien n’a bougé depuis, alors que mon appellation et celle des autres viticulteurs sont en jeu si jamais un accident survient. »

    avril 2012

    RépondreSupprimer
  4. bravom il faut defendre avec amertume ce magifique territoire ? courage a mes amis vignerons. leurs efforts ne sonts pas en vains !
    Fredi

    RépondreSupprimer