samedi 9 novembre 2013

Des vins français au Davos du vin (quand même)


Haut-Carles, la grande comète installée durablement dans le ciel de la Rive droite présentaient trois millésimes. Avec La Dauphine (Fronsac) et La Pointe (Pomerol), ci-dessous, ils constituent la relève, la nouvelle génération des vins excellents et abordables. Il y en a d'autres et pas seulement Rive droite. Mais ici, à la Villa d'Este, ce sont ces trois-là qui montrent le chemin.




On a goûté aussi quelques bourgognes parmi les meilleurs. Ce gevrey, ce corton ou ce mazoyères-chambertin sont trois bons exemples.



Du même producteur Taupenot-Merme, nous avons eu la chance de goûter aussi un somptueux charmes-chambertin 1983 qui a confirmé à la fois l'excellence de son terroir, la compétence de ceux qui l'ont élaboré et sa capacité à affronter trente années de vieillissement de toute beauté. Un grand moment.
Autre grande chance, ce graves blanc goûté en très bonne compagnie (Vialette, Khayat, Bourguignon, Borlant) sur une terrasse au bord de l'eau, à l'heure où le blanc est le bienvenu sur nos papilles. Un 1985 du Domaine de Chevalier. Le troisième millésime d'Olivier Bernard dans cette propriété. Un grand silence se fit, ces amateurs pourtant bavards étaient sous le charme de ce blanc d'exception, 28 ans est un très bel âge.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire