Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération".
Nicolas de Rouyn



lundi 10 avril 2017

En Magnum.
Le numéro 7 vient de paraître et il est bien

C’est avec une certaine allégresse que la communauté des wine lovers francophones a vu En Magnum #07 se matérialiser chez les marchands
de journaux.


C’est de saison, l’accroche principale concerne le millésime 2016 qualifié par Bettane + Desseauve de premier grand millésime du XXIe siècle. Pourquoi ? Parce qu’il ne ressemble à rien de connu, parce que le jeu des comparaisons ne s’applique pas à ce millésime. Qu’il s’agisse des vins de Bordeaux ou d’autres régions viticoles, c’est pareil. L’article de Michel Bettane est titré Le désordre nouveau, c’est tout dire.
On y trouvera aussi une grande promenade sur les bords de la Loire qu’on aime, à travers vignes et grottes, à l’ombre des clochers et des châteaux.
Un beau sujet de Guillaume Puzo sur les blancs de la côte chalonnaise et du Mâconnais en grands remplaçants des vins de la côte de Beaune devenus inaccessibles.
Thierry Desseauve s’est intéressé à Hubert de Boüard. Il a bien fait,
c’est passionnant.
Antoine Pétrus a une nouvelle fois joué des accords mets-vins en virtuose
qu’il est.
Notre ami Laurent Gotti a été voir comment ça se passait pour les vignerons bio en Bourgogne pendant que Christelle Zamorra arpentait le vignoble du Douro à la recherche de vins secs (comprendre non mutés, merci).
Un sujet sur les contenants d’élevage, un autre sur les cépages qui s’épanouissent ailleurs que sur leurs terres d’élection.
Nos amis Ludo et Jean-Bapt’ nous ont envoyé des images américaines. Ça devient passionnant, cette histoire de recensement de tous les vignobles du monde. À suivre.
Je me suis penché sur les aventures de Manuel Peyrondet et de son Chais d’œuvre. Quelques têtes de cuvées, aussi, qui ne sont pas des têtes de Turcs. Et des magnums infiniment désirables, comme à chaque fois.
Et puis, il y a les primeurs 2016 à Bordeaux à notre manière. C’est-à-dire avant dégustation, sur la seule confiance (je n’ai pas dit « foi ») dans les vignerons et notre connaissance des vignobles. Ainsi, nous reconduisons notre classement des super bordeaux en les divisant en quatre familles pour quarante étiquettes. Le classement complet, après dégustation cette fois, paraîtra mi-juin.
En Magnum #07, achetez-le, ça nous fera plaisir. À vous aussi, d’ailleurs.

En Magnum n°7, en vente chez votre marchand de journaux depuis le 7 avril
et toujours à 5,90 euros.


1 commentaire:

  1. Quels progrès depuis le n° 1 ! Voilà une revue qui va rejoindre les tops du secteur comme The World of Fine Wine et Vigneron.
    La série "Desseauve" des bordeaux à encaver : il y a le choix et les commentaires sont compréhensibles :-)

    RépondreSupprimer